Livraison gratuite à partir de 50 EUR. ·  

Spirale - Triskell


Bijoux celtiques spirale / triskell La Blanche Hermine

Il y a 48 produits.

Affichage 1-48 de 48 article(s)

Filtres actifs

La spirale

La spirale est le motif primordial celtique, ce depuis les Premier & Second Âge du fer, soit à partir du deuxième millénaire avant notre ère. On retrouve des spirales ornementant poteries & céramiques, pierres et métaux de cette période.

Les spirales ne sont pas nécessairement à trois branches. On en trouve aussi à une, deux ou quatre branches.
Avec le temps, les formes se sont complexifiées comme on peut les voir en enluminures des manuscrits dits hiberno-saxons (Livre de Kells, Évangiles de Lindisfarne, etc.).

La spirale est un symbole universel qui a été utilisé dans de nombreuses cultures et civilisations à travers l'histoire. La spirale peut être interprétée de différentes manières en fonction du contexte dans lequel elle est utilisée.
Dans certaines cultures, la spirale est considérée comme un symbole de la vie, de la croissance et de la renaissance. Dans d'autres cultures, elle est considérée comme un symbole de l'infini et de l'éternité. La spirale peut également être interprétée comme un symbole de l'énergie, du mouvement et du changement.

Le triskell

Le triskell (en breton), triskel ou triskèle est un motif issu de la simplification de la spirale à trois branches, dont on peut remonter l'origine à l'Âge du fer, voire au Néolithique.

Le renouveau de la culture celtique/bretonne et le mouvement néodruidique ont popularisé ce symbole qui peut maintenant être vu partout en Bretagne.

Si un jour une personne vous dit que votre triskell ne va pas dans le bon sens, demandez-lui pourquoi.
La plupart du temps elle vous répondra que le triskell doit tourner dans le sens des aiguilles d'une montre.
Alors vous lui rétorquerez que les anciens druides n'avaient pas de montre. Cette personne restera sans voix.

D'une part, le sens des aiguilles d'une montre a été inspiré par le mouvement apparent du soleil dans le ciel, vu d'un observateur sur Terre. Comme le soleil se lève à l'est et se couche à l'ouest, les aiguilles d'une montre ont été conçues pour pointer dans cette direction et tourner dans le sens dextrogyre, vers la droite. Ce sens reprend le mouvement de l'ombre sur un cadran solaire.

D'autre part, beaucoup ont du mal à déterminer dans quel sens tourne un triskell. La réponse est très simple : les anciens étaient plus proche de la nature, ils l'observaient bien davantage et reportaient dans leurs motifs ce qu'ils voyaient. En effet, la spirale est rencontrée dans les tourbillons formés dans les eaux vives, ou dans les formes créées par les plantes, au niveau des tiges ou des fleurs.
En outre, le mouvement de l'ombre au sol formé par un élément vertical, pierre ou arbre, laisse penser que le centre de rotation de l'ombre est cet élément vertical. L'origine du mouvement est dès lors le centre et se propage vers l'extérieur, par la force centrifuge en quelque sorte.
Si vous prenez un ruban de papier par le centre et que vous le faites tournoyer vers la droite, les extrémités vont se courber dans le sens opposé : vers la gauche. Le mouvement est donc l'inverse d'une vague.

Sans entrer dans des explications symboliques complexe et/ou liées au néo-druidisme celtique, on peut trouver une explication élémentaire et rationnelle aux choses.
C'est en juste application du rasoir d'Ockham : pluralitas non est ponenda sine necessitate, les hypothèses suffisantes les plus simples doivent être préférées, en des termes accessibles aux non-latinistes.

Voir aussi : Qu'est-ce que l'art celtique ? (origines, influences, exemples)

Voir aussi : Sur l'utilisation des symboles