Livraison gratuite à partir de 50 EUR.

Blasons & Drapeaux


Bijoux blasons et drapeaux La Blanche Hermine - Bijou pendentif blason drapeau (Finistère, Bretagne)

Il y a 27 produits.

Affichage 1-27 de 27 article(s)

Filtres actifs

Bijoux avec motifs héraldiques & drapeaux


Les blasons sont l'une des spécialités de La Blanche Hermine.
D'une part, nous travaillons à partir de sources historiques quand elles sont disponibles.
D'autre part, nous nous refusons de donner un aspect moderne, donc artificiel, aux blasons que nous réalisons.
Le texte ci-dessous présente notre vision du blason, peut-être un peu réactionnaire, mais nous l'assumons.


L’héraldique, c’est la science du blason, mais aussi l’art de la représentation des armoiries. Et cette représentation est double : visuelle et textuelle. Il s’agit donc de décrire un blason peint, et réciproquement de pouvoir peindre un blason décrit. Dès lors, l’héraldique est dotée de règles qui permettent la reconnaissance des armoiries, avec des couleurs et des symboles spécifiques.

La vexillologie, l'étude des drapeaux et pavillons, est très proche de l'héraldique, dans la mesure où les drapeaux sont souvent des déclinaisons de blasons et donc suivent les mêmes règles.

Les blasons ont au cours de l'histoire beaucoup évolué, voire complètement changé. Le même procédé s'applique à la localisation.
Employer le mot "aujourd'hui" ne fait pas sens lorsqu'on se dit que le blason que l'on voit n'est pas bon. Si des sourcent le mentionnent, alors il l'a été, même pour de mauvais motifs.

Prenons deux exemples liés.
1. Les armes d'Aragon sont composées de bandes verticales rouges et jaunes, mais celles-ci étaient en fait celles des Comtes de Barcelone lorsqu'ils ont pris le contrôle de l'ancien royaume dont le blason était une croix jaune sur un champ bleu. Ce qui explique les couleurs du drapeau de la Catalogne tel qu'il est connu aujourd'hui.
2. Le blason de Sicile est souvent décrit comme composé en sautoir de l'aigle noir germanique d'une part et d'autre part des bandes verticales rouges et jaunes. Ces armes sont donc un mélange de l'aigle impériale et de la Maison d'Aragon, armes constituées quand les Hohenstaufen ont pris contrôle de la Sicile. Mais auparavant, le blason de la Sicile étaient une tête de Gorgone (ou de Mercure) avec trois jambes, une réminiscence du temps où la Sicile était appelée (avec la Calabre) Petite Grèce.

Des erreurs peuvent être évitées si on connaît l'histoire et si on ne fait pas de confusion entre un blason et un logo.
De nombreux lieux, villes, départements ou régions, portent des logos inventés récemment et non des blasons, même s'ils ont la forme de blasons.
Par exemple, dans les anciennes armoiries, il n'y avait pas de textes ou lettres, ou très rarement. Si du texte est présent, alors la probabilité que ce ne soit pas un blason mais un logo est très grande. Les blasons étaient conçus pour des personnes qui ne savaient pas lire...

L'une des principales sources de blasons de nos jours est Wikipédia.
Néanmoins, si publier un article sur Wikipédia requiert des sources, il n'en est pas de même pour l'héraldique où un panel d'utilisateurs décide selon leur bon vouloir quel blason peut ou non illustrer un article. D'ailleurs, de nombreuses armoiries ne citent pas leurs sources et ne sont que des compositions personnelles (et l'indiquent). La fiabilité n'est pas établie, mais cela reste un bon guide dans les recherches héraldiques, à l'instar d'un faisceau de présomptions.
Certains sites, sérieux par contre, indiquent le manuscrit d'origine et parfois même le folio duquel sont tirées les armoiries.

Si Wikipédia a l'avantage de présenter une quantité immense de blasons, ceux-ci sont graphiquement formatés en dessin vectoriel pur.
L'emploi massif du copié-collé des figures héraldiques a complètement uniformisé la représentation, limitant drastiquement l'aspect artistique à la seule création de "nouvelles" formes.

À l'origine, les armoiries étaient peintes, sculptées, gravées, brodées...
Quels que soient les choix de l'artiste, l'important était de pouvoir reconnaître le blason, tant sur un sceau que sur un gisant, un bouclier ou une livrée.
La liberté était donc grande et liée à l'époque de la composition. D'un armorial à l'autre, si la forme d'un lion ou d'un aigle va différer, le blason restera toujours identifiable.